Afrique du Sud : 2 semaines de roadtrip entre savane et océan

J’ai toujours rêvé de faire un safari. Plusieurs pays en Afrique le permettent mais s’il y en avait bien qui retenait mon attention depuis quelques temps, c’était l’Afrique du Sud.
Ce pays situé à la pointe sud de cet immense continent rassemble tout ce que j’aime : le désert, les plaines arides, la savane mais aussi la mer, les côtes, les montagnes.

Vous pouvez  imaginer ma joie lorsque Montres et Tendance pour qui je suis « reporter voyages » m’a proposé d’y partir 2 semaines pour un roadtrip avec l’agence African Trackers.
N’ayant pas forcément l’envie de découvrir de pays seule, j’ai embarqué ma grand-mère, l’une de mes soeurs et mon frère. Je n’ai pas eu à beaucoup insister pour les convaincre !

Afin de pouvoir observer au mieux les animaux et pour que la période ne soit pas trop touristique, nous avons décidé d’organiser ce voyage fin juin-début juillet. Les billets d’avions étaient donc assez accessibles pour cette période, car il ne s’agit pas de la haute saison (environ 550 euros avec Air France au départ de Montpellier).

Pas besoin de visa, pas besoin de vaccin, il est seulement très recommandé d’avoir un permis international ou de faire traduire le vôtre par un traducteur agréé si vous êtes hors délai.
Personnellement, je n’ai eu aucun contrôle de police mais on ne sait jamais !

Je tiens également à préciser que même s’il s’agissait d’un partenariat, j’ai moi-même fait l’itinéraire que je souhaitais avec Amélie, la responsable au sein de l’agence African Trackers. C’est vraiment quelque chose que j’ai apprécié car elle s’est montrée très disponible, le modifiant plusieurs fois à ma demande.

Step 1 – Johannesburg

Après une nuit passée dans l’avion – A380 pour le Paris-Johannesburg donc plutôt confortable – me voici arrivée en Afrique du Sud. Contrairement à ce qu’on m’avait dit, le passage de la douane a été pour moi très rapide : à peine 10 minutes de queue et aucune question – le billet retour étant parfois demandé.

Pour les mineurs, les formalités sont plus poussées : s’y prendre bien à l’avance car de nombreux papiers sont demandés, même si l’enfant voyage avec ses deux parents.
De plus, la législation change assez souvent donc careful !

Mon guide Guido (sans jeu de mot!) m’attendait à la sortie pour démarrer cette première journée de visite. Ce fut vraiment un excellent guide. Il parle parfaitement français, a été très sympa, explique bien l’histoire du pays et on s’est toujours sentis très en sécurité, dans tous les quartiers visités.


Maboneng Precinct
Le quartier branché, un peu l’équivalent de Brooklyn !  Il fait partie des endroits sûrs de la ville de Johannesburg. On y trouve des restaurants de toutes sortes, des cafés hipsters, des bars dansants et des boutiques, dans une ambiance sympathique. Ce marché regorge de stands de nourritures plus appétissantes les unes que les autres. Bon plan pour manger un repas copieux à moindres frais !

Sur la route, petit stop près du cabinet d’avocat de Nelson Mandela et de O.R. TAMBO, lorsqu’ils commençaient tout juste à exercer et à s’opposer à la ségrégation.

 

Musée de l’apartheid
Voyage au cœur de l’une des discriminations raciales les plus odieuses de l’histoire, l’apartheid, qui dura de 1948 à 1991. L’arrivée au Musée nous met tout de suite dans le bain avec ses deux entrées : une pour les  « Whites », une pour les « Non-Whites ».

Cette visite fut extrêmement instructive et il est difficile d’en sortir sans avoir un profond sentiment de dégoût pour ces lois racistes et ségrégationnistes, telles que l’interdiction des mariages interraciaux, le système de cartes d’identité par classification raciale de la population (les Noirs n’ayant pas le droit de résider dans les mêmes quartiers que les Métis ou les Blancs) ou encore les inégalités criantes de salaires
des mineurs selon leur couleur de peau.

Un couloir dédié à Nelson Mandela a été créé après sa mort en 2013, étant un véritable héros non seulement pour le pays mais aussi pour la société internationale.
Un lieu chargé d’histoire, incontournable si vous venez à « Joburg » !

Prévoir une veste : la clim est très très très forte !
 

 Soweto 
Il est possible de dire que le célèbre South West Township représente l’âme de l’Afrique du sud. La visite, incontournable, doit être faite avec un guide. Outre d’éventuelles questions de sécurité, il serait dommage de passer à côté des explications historiques, ce quartier ayant été l’une des towns de lutte contre l’apartheid. Il est également très difficile de s’y repérer seul.

 

La modeste maison où a vécu Nelson Mandela se trouve dans ce quartier et il est aujourd’hui possible de la visiter. Beaucoup de Sud-africains y viennent en pèlerinage et prennent des photos devant ou dans les différentes pièces telles que la chambre à coucher (bien que le lit exposé ne soit pas celui de Mandela mais de ses enfants,
ce dernier dépassant les 1m90 !).

La maison de Desmond Tutu, autre héros national, se trouve à quelques mètres mais, à l’inverse,
ne peut pas être visitée, sa famille y vivant toujours.

C’est ainsi la seule rue du monde à abriter deux Prix Nobel !

Le mémorial d’Hector Pietersen est également une étape en tant que triste rappel d’une répression meurtrière perpétrée à l’égard d’étudiants en 1976. Hector n’avait que 13 ans lorsqu’il fut tué par la police lors d’une manifestation contre l’afrikaans obligatoire à l’école, que ni les élèves,
ni les professeurs des Townships ne maîtrisaient.

Il est frappant de constater que, malgré les inégalités entre les classes sociales vivant à Soweto, le cœur du quartier reste festif et joyeux, alors même que les bidonvilles font face à des villas luxueuses. Aucune animosité ne fut exprimée par les habitants à notre égard, ces derniers étaient même contents que l’on s’intéresse à leur histoire et fiers de nous faire part de leur victoire sur ce système ségrégationniste.

Pour finir cette journée, le restaurant Sakhumzi est l’option idéale. Il s’agit d’un buffet de spécialités sud-africaines, principalement à base de viande, où nous étions – à notre grand bonheur – les seuls touristes. Boire une bière locale en écoutant un concert de rue, ou comment clore une belle première journée en Afrique du sud.

Nuit à l’Indaba Hôtel : très bien entretenu, très belles chambres, excellent buffet au breakfast.
Wifi qui fonctionne parfaitement. Un peu excentré, quartier très calme.

 

STEP 2 : Blyde River Canyon 

La route qui relie Johannesbourg à la région du Blyde River Canyon est assez longue : 4-5h.  Nous avons donc passé la nuit de l’arrivée dans la ville de Graskop.

Le Graskop Hotel était séduisant, un jardin bien décoré, de belles chambres et parking privatif devant la chambre. La nourriture de l’hôtel, aussi bien pour le dîner que pour le breakfast, était excellente
(mention spéciale pour la truite au dîner !).

Le lendemain, départ pour rejoindre la réserve privée afin de faire des safaris.
Mais sur le chemin, plusieurs incontournables de la région à visiter.

Tout d’abord, God’s Window, qui porte bien son nom : un superbe panorama à 1000m de hauteur qui surplombe la vallée. Ce lieu est célèbre pour avoir accueilli le tournage de la scène finale du film « Les Dieux sont tombés sur la tête ». Plusieurs points de vue sont accessibles, selon que vous vous sentez de monter les marches ! Je conseille toutefois de se motiver un peu pour admirer  les ponts de bois au milieu de la rainforest, où nos plantes d’appartement  forment des bosquets.

L’entrée coûte 10 rands (100 rands = environ 8 euros).

Un peu plus loin, on change de paysage avec les Bourke’s Luck Potholes, des cavités cylindriques creusées par les tourbillons de l’eau. C’est vraiment très beau et étonnant, je n’avais jamais rien vu de semblable !

Il vaut mieux y aller tôt afin d’éviter les cars de touristes. L’entrée coûte 50 rands.

Enfin, dernier stop pour observer le Blyde River Canyon, et pas des moindres : Three Rondavels. En effet, dans plusieurs pays d’Afrique, un rondavel désigne une hutte coiffée d’un toit en chaume, soit une « case africaine ».  Or, la forme de ces trois massifs rocheux verdoyants évoquant tout à fait cela, le nom était tout trouvé.

Ne pas oublier le petit air de savane aux alentours !

J’ai beaucoup apprécié ce passage dans cette région, en ce qu’il permet de voir de très beaux paysages, assez étonnants puisque je ne m’attendais pas à les voir en Afrique du sud !

Il faut savoir que la route qui relie Johannesburg à Graskop, « ville-étape » pour ces endroits, est assez montagneuse. Il est donc préférable d’être à l’aise en conduite et de ne pas avoir peur de conduire à gauche car il faut être concentré
pendant les 5h, cela s’est très bien passé pour moi.

 

STEP 3 : LA RESERVE PRIVEE KARONGWE

Si l’on m’avait décrit l’endroit où j’allais atterrir au bout de la route du Blyde River Canyon, que j’ai présenté lors du précédent post, je crois que j’aurais sous-estimé la beauté du Chisomo Safari Camp,
dans la réserve privée Karongwe.

Nous avons été accueillis dans ce superbe lodge par un cocktail de bienvenue.

C’est l’un des hôtels les plus extraordinaires que j’ai jamais vus ! Il est même difficile de le qualifier d’hôtel puisqu’il se compose d’une vingtaine de « bungalows » et quel fut le choc en y entrant !! C’était digne d’une nuit de noce et aucune des photos que j’ai pu prendre n’arrive vraiment à faire ressortir le côté féérique du lieu.

Le magnifique lit à baldaquins était joliment décoré et entouré d’une moustiquaire,
que le personnel vient mettre à la tombée de la nuit.

La vue n’est pas en reste : panorama sur le bush, où phacochères et impalas se baladaient. Vous l’aurez compris, le cadre était particulièrement exceptionnel.

A peine arrivés, nous sommes allés déjeuner au délicieux restaurant de l’hôtel.

Midi : entrée, plat, dessert, boissons à tout excellent et raffiné

Dîner : un feu de troncs d’arbres au milieu d’un vaste camp en forme de cercle, et,  à la circonférence, de petits feux privatifs pétillants pour 4 à 6 personnes, bienvenus dans le froid du soir. Au menu soupe aux pois, et barbecue à volonté, agneau, poulet, saucisses, légumes.

Breakfast : excellent à boissons chaudes et jus à volonté, œufs, bacon, etc.

« Sunset safari » (15h30 à 19h)
Le soleil se couche très tôt en hiver. Aucune vitre dans notre jeep privée, ce qui permet une proximité palpitante, un contact visuel impressionnant avec tous les animaux, zèbres,  girafes, éléphants… Mais en totale sécurité car nos deux rangers, un conducteur et un guetteur (armé juste au cas où), connaissent parfaitement les comportements des Big Five (lion, rhinocéros, buffle, éléphant, léopard), qui nous ignorent si l’on ne passe pas le bras en dehors de la jeep !

Difficile de ne pas revenir émerveillés après ça ! Les deux rangers qui nous accompagnaient, très professionnels, nous ont permis de voir les Big Five en seulement deux sorties. Nous avons également pu admirer beaucoup de girafes, zèbres, impalas, hippopotames, koudous, antilopes, hyènes…

On a même eu la chance d’assister à des scènes incroyables, notamment celle d’un guépard surgi de nulle part qui a observé les éléphants avec nous pendant au moins 15 minutes, ou encore les lionceaux  qui nous ont alertés de l’arrivée de rhinocéros en tournant leurs regards du même côté tous en même temps. Meilleur odorat et meilleure ouïe que nous ! Les rhinos sont passés, tranquilles, à quelques mètres.

 

« Early Morning Safari » (6h-10h)
Lever 5h, départ 6h pour voir les animaux boire au petit matin.
Là aussi, comme la veille, on en a pris plein les yeux.
Les rangers connaissent vraiment leur métier, savent où aller et où permettre parfois de mettre pied à terre en sécurité, même si cela fait toujours un petit pincement au coeur….
Le café au lever de soleil face aux hippopotames est un must !


Note 1: certains critiquent les réserves privées (lodges) en ce que les animaux ne seraient pas aussi libres que dans le parc Krüger. Je ne suis pas du tout d’accord : les terrains, le bush, sont immenses et les animaux, en totale liberté, se promènent de façon imprévisible. Les rangers les cherchent et il leur arrive de ne pas réussir à les repérer ! Nous avons eu beaucoup de chance. Ces réserves privées restent toutefois le lieu où vous êtes sûrs de voir les Big Five.

Note 2 : le prix de ce lodge est, en effet, élevé. Il faut cependant savoir que tout y est inclus : chambre, repas et safaris. Au vu de la qualité de l’accueil, cette option s’avère vraiment très intéressante.

 

STEP 4 : LE PARC KRUGER

Compter environ 3h de route pour rejoindre le Kruger de la réserve.
Il est possible d’entrer dans le parc par plusieurs « gates » – notre camp se trouvait à 10 minutes de la Numbi Gate.
Faire bien attention aux horaires : les entrées ferment entre 17h30 et 18H30 selon les mois, pensez à calculer !

Le PretoriusKop se compose d’une trentaine de bungalows de tailles différentes. Contrairement au lodge, où tout était inclus, vous serez ici en totale autonomie; cela ressemble davantage à un camping, avec le barbecue sur la terrasse et l’épicerie pour faire ses courses. Les safaris ne sont pas compris et je vous conseille de les
réserver à l’avance pour être sûrs d’avoir des places !

Le dépaysement est garanti dès l’entrée dans le Krüger, puisque vous avez de grandes chances de croiser antilopes, girafes ou éléphants durant les premiers kilomètres.

Si les voitures du lodge étaient privatives, celles du camp étaient plus grosses, pouvant contenir jusqu’à une vingtaine de personnes. Il est donc plus difficile d’aller dans les petits chemins. Cependant, la réussite de la visite tient vraiment, outre la chance, au ranger.

Nous avons eu une sortie exceptionnelle en fin d’après-midi, où nous avons eu la chance d’assister à des interactions entre les animaux. C’était très surprenant, il faudrait presque une analyse d’anthropologue !!! Nous avons par exemple vu, successivement une nursery de hyènes, avec de minuscules bébés, gardés par une « nurse » qui jouait avec eux pendant que les parents chassaient, puis un peu plus loin un joli léopard à la fourrure tachée de sang, assis, seul,  qui avait l’air maussade, pendant que de l’autre côté du chemin les parents hyènes dévoraient la proie que lui le léopard avait tuée ! Plus loin, un point d’eau où une dizaine d’animaux très différents vivaient, buvaient, jouaient en bonne intelligence, ou encore un troupeau de buffles bloquant la route… Stupéfiant.

NB : les visites du matin étaient aussi très sympas. Cependant, elles partent à 5h du matin. Or, à part des hyènes, nous n’avons croisé aucun animal jusqu’à 6h30 environ. De plus, il fait très, très froid à l’aube à cette période de l’année et les voitures n’ont pas assez de couvertures pour tout le monde. Pensez à vous couvrir !

Je ne me suis jamais sentie en danger durant les sorties. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les animaux ne sont pas du tout agressifs et n’hésitent pas à marcher devant la voiture, à un pas calme, comme ce fut le cas avec les éléphants. Dans tous les cas, les rangers connaissent parfaitement leurs comportements
et réagiraient en cas de problème.

 

Il est possible de se balader sans rangers et avec sa voiture sur les pistes balisées, ce que nous avons fait et nous avons, encore une fois, eu beaucoup de chance, en croisant par exemple