UN MOIS EN GUYANE FRANÇAISE

25plage-ilesdusalut

« La Guyane? Mais pourquoi la Guyane? Et c’est où déjà? Non mais attends, je connais quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui y est allé, apparement ça craint ! Ils sont tous un peu fous, puis Cayenne c’est coupe-gorge ! Et l’humidité… Olala mais t’es folle, pourquoi tu vas pas faire ton stage à Paris ??« 

Qui n’a pas dans son entourage ces personnes qui, même si elles n’y ont jamais mis les pieds, ont des informations très précises ET de source sûre à vous donner sur un pays et son extrême dangerosité ? 😉 Je me moque gentiment mais c’est un peu le type de réactions que j’ai eues quand j’ai annoncé que je partais faire mon stage de fin d’études à Cayenne.

Cet article vous montrera que la Guyane, malgré les problèmes auxquels elle peut être confrontée (mais sommes-nous vraiment bien placés pour critiquer ?), c’est des gens très sympas, des paysages magnifiques, de la nourriture délicieuse..
Bref un excellent mois passé là-bas !

Enjoy !

aircaraibes-guyane

Comme je vivais au Mexique, je pensais pouvoir rejoindre facilement la Guyane. C’est censé être sur le même continent non? Que nenni. Outre le fait qu’il fallait aller à Miami pour prendre le vol,  j’avais le choix entre deux escales Martinique/Guadeloupe ou Aruba/Curaçao.
J’ai beau avoir cherché toutes les combinaisons possibles, j’ai dû repasser par Paris une soirée avant de repartir le lendemain, soit 2 traversées de l’Atlantique en 24h !

2 compagnies desservent Cayenne : Air Caraïbes et Air France. En plein mois d’août (et au dernier moment comme moi), vous vous en sortirez avec un départ de Paris pour environ 900 euros A/R. Le vol Paris-Cayenne, de 9h, fut très agréable, Air Caraïbes est vraiment une bonne compagnie. Je vous conseille également de prendre un hublot, l’arrivée sur la jungle est superbe !

ATTENTION, LE CERTIFICAT DE VACCINATION CONTRE LA FIÈVRE JAUNE EST OBLIGATOIRE !
Vous ne monterez pas dans l’avion si vous ne le présentez pas à l’aéroport en même temps que le passeport !


La photo n’est pas de super qualité mais Iphone en fin de nuit + crépuscule…
De l’avion, je vous assure que c’est très beau ! 
amazonie-arrivee-cayenne

 

CAYENNE

Etant en stage, j’allais donc tous les jours en ville, sauf le WE. Cliché numéro 1 démenti, je suis bien allée sur la Place des Palmistes et je suis toujours vivante ! Je suis même allée plusieurs fois boire des cafés au Bar des Palmistes! J’avais parfois quelques heures  libres durant mon stage (secret professionnel oblige), me donnant tout loisir de visiter la ville. Bien sûr, ce n’est pas Paris ni Montpellier, mais ça ne m’a pas du tout dérangée, étant une fausse citadine (je n’aime pas les grandes villes, et oui!).

Trois fois par semaine, les mercredi, vendredi et samedi, la Place du Coq accueille le marché de Cayenne, de 6h30 à 14h. Vous y trouverez toutes sortes de fruits, d’étals de nourriture avec pas mal d’étals asiatiques, mais également créoles, surinamais ou brésiliens.

Le Fort Cépérou, bien qu’un peu délabré (la pagode a depuis été refaite), offre une très jolie vue sur la ville.

cayenne-vue fort-ceperou vue-cayenne

Je n’ai pas de bon plan logement à conseiller sur Cayenne car j’ai eu la chance d’être hébergée par ma marraine. Comme nous avions un petit chien à promener qui aimait beaucoup gambader sur le sable, nous sommes allées presque tous les soirs sur la plage de Montabo. De plus, il faut savoir que la Guyane est un haut lieu de ponte des tortues marines, qui peuvent être observées dès le mois de février jusqu’à fin août. Si je n’ai pas vu de tortue pondre, j’ai eu la chance de voir des petits essayer de rejoindre la mer après l’éclosion de leurs oeufs. Encouragés par mes paroles bienveillantes, ils ont réussi.

tortues-cayenne

Enfin, les couchers de soleil de la Guyane font définitivement partie des plus beaux que j’ai vus, comme ici sur la plage de Montabo.

cayenne-coucherdesoleil

 

NOURRITURE ET RESTAURANTS

Si vous souhaitez un restau chic, le Paris Cayenne semble être le number one ! Il faudra y mettre le prix, mais les restaurants sont par principe plutôt chers en Guyane : compter minimum 15/20 euros le plat, 30 euros pour un menu.
Le Kon Tiki Beach bar, situé sur la Route des plages à Remire-Montjoly  (environ 15 minutes de voiture) est très sympa et offre une belle vue sur la mer. Le Perroquet, qui se trouve à Montsinéry-Tonnegrande (30 minutes de Cayenne), offre aussi un joli panorama sur le fleuve.

Vous pourrez y goûter des spécialistes guyanaises et créoles, telles que les accras, le boudin guyanais, les poissons/viandes  boucanés, les fricassées,  les crevettes de toutes tailles, le couac (farine de manioc que j’ADORE, j’en ai beaucoup (trop) ramené), les sauces chien et perroquet (mais il n’y a ni chien ni perroquet dedans), le colombo ou encore le bouillon d’awara, le plat national. La légende dit que tout étranger qui y goûte n’aura de cesse de revenir en Guyane !

Ne pas oublier les boissons et le fameux rhum blanc (idée cadeau), parfait pour ceux qui aiment le ti punch ! Mais la boisson qui a rythmé mon mois est sans alcool : le jus de maracudja (je fais ma locale, on l’appelle aussi le fruit de la passion…). Contrairement à la Métropole, on en trouve très facilement et c’est délicieux ! J’ai également bien accroché au jus de prune de cythère .

Enfin, le rituel du soir était de se rendre sur un bar de plage, le Cocosoda, où des groupes de salsa/jazz/musiques latines de tout sorte viennent régulièrement jouer (et vous faire danser!). Il est possible d’y manger diverses tartes salées/sucrées, des accras, des frites…

tipunch-restaurant-guyane

crevettes-guyane

Restaurant à Montsinérymacouria-guyane
Restaurant à Rémire-Montjolyremire-guyane

 

LES EXCURSIONS 

Etant en stage, je travaillais la semaine et j’ai profité des week-ends pour visiter, grâce à deux amis de ma marraine que j’ai rencontrés là-bas et qui m’ont emmenée sur toutes ces excursions. Ils ont même accepté de jouer les photographes pour moi quand mon Iphone a rendu l’âme (et je reconnais que je suis très pénible là-dessus 😉 )

CACAO 

A environ 75km de Cayenne, soit une grosse heure de route, Cacao est un village hmong rattaché à la commune de Roura. La route qui y conduit, dans la jungle, est superbe. L’idéal est de s’y rendre un dimanche matin, lors du marché. Vous y trouverez des fruits/légumes, de l’artisanat local MAIS surtout des dizaines d’étals de spécialités asiatiques : nems, beignets de crevettes, nouilles et samoussas : le bonheur si vous aimez ce type de nourriture.

Pour la petite histoire, les Hmongs sont des montagnards originaires du Sud de la Chine qui, ayant choisi d’aider les français puis les américains lors des guerres d’Indochine et du Vietnam, ont été persécutés par les armées laotiennes et vietnamiennes.
Le gouvernement français a donc décidé en 1977 d’accueillir des réfugiés Hmong en Guyane, en vue d’en faire des agriculteurs : naissance de Cacao.

Il y a également un musée des insectes, Le Planeur Bleu, dont l’entrée coûte 5 euros. Si vous êtes de passage à Cacao (et même si vous ne l’êtes pas :D) il vaut vraiment le coup ! Essayez de faire la visite guidée, c’est un réel passionné qui la fait, il aime vraiment ses mygales, elles ont toutes un petit nom ! Outre l’impressionnante collection de papillons, dont certains spécimens rares et la multitude d’insectes endémiques à la Guyane, cette visite fait beaucoup relativiser sur la dangerosité de certaines espèces (par exemple la fameuse Matoutou!).

En pleine Amazonie !

cacao-guyane

papillon-guyane

 

OYAPOCK

Oyapock (Oiapoque en brésilien) est le nom du fleuve qui marque la frontière entre la Guyane française et le Brésil. C’est également le nom des deux villes frontière, le Oyapock français (St-Georges-de-l’Oyapock) se trouvant à 2h30 de voiture de Cayenne. Oui, c’est bien là qu’un pont est construit depuis 2011 mais n’est toujours pas en service en raison de dysfonctionnements administratifs. Du coup, on se déplace en pirogue, ce qui m’allait très bien !

Impossible de rater les piroguiers, ils vont vous sauter dessus dès que votre voiture va s’approcher. Je vous conseille d’ailleurs de vous éloigner un peu de la « masse », vous serez plus tranquille en vous garant un peu plus loin. La traversée coûte 5€ l’aller, 10€ l’AR.

oyapock-pirogue

Attention 

Ne pas oublier de prendre ses papiers d’identité, et son passeport si vous comptez aller au BrésilNous avons été contrôlés plusieurs fois : une carte d’identité suffira pour le contrôle avant d’arriver à Oyapock côté français si vous comptez rester en France. Du moment où vous prenez la pirogue, un passeport est obligatoire. On s’est fait contrôler SUR LE FLEUVE par des militaires brésiliens, armés jusqu’aux dents, et en pirogue (oui oui !). Mais au vu des trafics en tout genre qu’il doit y avoir entre ces deux pays, c’est normal.
Il n’est pas obligatoire de faire tamponner son passeport avec un visa brésilien si vous ne restez que la journée. Ca l’est si vous comptez rester plus longtemps et notamment si vous avez prévu de prendre des hôtels (ils vous demanderont de le montrer). La douane se trouve côté brésilien.

Le fameux pont ! 

pont-bresil-guyane

Nous sommes allés manger  à Oiapoque (donc coté brésilien) au restaurant Chácara Du Rona, sur une petite plage. C’était excellent !! Par contre, les serveurs ne disent pas un mot d’anglais (du moins ceux qui nous ont servis ce jour là), ni d’espagnol, il faut donc se débrouiller en portugais ou faire confiance au nom exotique des plats !oiapoque-bresiloiapoque-plage

Nous avions donné rendez-vous au piroguier, pour aller dans le coeur du village, qui ressemble à une Jonquera brésilienne. Et là, c’est juste le méga bon plan pour acheter…
Des tongs Havaïnas !
Et oui, on est au Brésil, ce qui permet de réaliser à quel point on se fait avoir en les payant 25 euros. Il y en a de toutes sortes, j’en ai pris pour toute ma famille et les paires me sont revenues entre 3 et 5 euros. Il y a également de la nourriture à acheter, comme le couac (farine de manioc) que j’ai adoré. Il est possible de se boire une coco fresh, tout en se disant qu’on est au Brésil, ce qui est bien agréable.

 oiapoque-bresil-pirogue  oiapoque pirogue-guyane

FUSEE ARIANE

La Guyane est connue pour son centre spatial, situé à Kourou, à 1h de Cayenne. Les fameuses fusées Ariane sont entre autres tirées de cette base. Il est possible d’assister gratuitement à un lancement Ariane, Soyouz ou Vega, en s’inscrivant sur le site du CSG ! Il y en a environ un tous les mois, et ça vaut le coup.
Vous pouvez faire le choix de le voir de Cayenne, il suffit de trouver le spot, qui se repère assez facilement au vu de la foule. Un écran géant retransmet le lancer mais la voir passer dans le ciel me semble plus sympa ! On la voit évidemment moins bien qu’à Kourou, mais le grondement est bien présent.

Enfin, il est bien sûr possible de visiter le CSG, sauf fermeture la veille/jour/lendemain d’un lancement et pendant la semaine de fermeture annuelle (fin août-début septembre).

fuséeariane-guyane

Crédit photo : @arianespace

ariane-guyane

ILES DU SALUT

Côté histoire

Les Iles du Salut, ou le lieu qui participe à la mauvaise réputation de la Guyane, sa sombre fonction de bagne demeurant dans l’inconscient collectif.
Pour le petit rappel historique, ces trois îles situées au large de Kourou étaient initialement baptisées « Iles du Diable » en raison des forts courants marins qui rendaient leur accès très difficile. C’est au cours du XVIII° que les Iles prirent le nom d’ « Iles du Salut », lorsque des colons français envoyés en Guyane pour peupler le territoire le fuirent en raison des épidémies qui se propageaient. Mais ce Salut fut de courte durée.
Le bagne de ces îles fut fondé en 1852 sous Louis-Napoléon Bonaparte. S’il était initialement destiné à recevoir les prisonniers politiques opposés au Second Empire, il est très vite devenu le lieu de déportation de l’ensemble des délinquants récidivistes. Officiellement supprimé en 1938, ce n’est qu’en 1953 que les derniers bagnards purent rentrer en Métropole.

C’est entre autres sur l’Ile du Diable qu’Alfred Dreyfus fut emprisonné de 1895 à 1899. Nous avons vu sa (minuscule) case, la seule de l’île, complètement isolée de tout contact. Les autres bagnards étaient déportés sur l’Ile Royale et l’Ile Saint-Joseph. Guillaume Seznec et Henri Charrière en furent également des prisonniers célèbres, ce dernier ayant notamment décrit dans son livre Papillon son séjour et ses tentatives d’évasion.

Case d’Alfred Dreyfus sur l’Ile du Diableilesdusalut-dreyfus

Il était quasiment impossible de s’échapper du bagne. D’une part, en raison des nombreux gardiens mais également en raison des forts courants et des eaux peuplées de requins. Les corps des bagnards décédés, souvent de maladies, étaient en effet jetés à la mer pour des raisons sanitaires, ce qui attirait les requins dans la seconde. Il est désormais possible de se baigner, mais ça ne m’a pas empêchée de rester accrochée à mon rocher, just in case.
Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire concernant les cocotiers, ces derniers n’étaient initialement pas là et ont été (difficilement) implantés par les bagnards. Voler une noix de coco pour la manger était ainsi puni de 60 jours de cachot…

cocotiers-ilesdusalut

ilesdusalut-cocotiers

cocotiers-ilesdusalut

L’île Royale, la principale, compte plus d’une cinquantaine de cellules où les bagnards étaient entassés par centaines. Nous avons pu les « visiter », autant vous dire que ça glace le sang. On voit encore les menottes mains et pieds par lesquelles les bagnards les plus « fous » (mais qui ne le serait pas devenu) étaient attachés 24h/24, sans aucune intimité puisque les toits étaient constitués de grilles, au dessus desquelles les gardiens passaient.

 cellules-ilesdusalut cellules-aux-ilesdusalut lits-ilesdusalutilesdusalut-cellules   11950900_10207254035206266_1432651478_n

Il est également possible de voir l’hôpital, qui serait parfait pour faire office d’asile dans un film d’horreurs, le cimetière des enfants (!!) ou encore les cabanes des gardiens, dans lesquelles il est possible de venir passer quelques jours de vacances (!!!).
Tout cela sur un fond de mer turquoise, de cocotiers et de sable blanc.

hopital-ilesdusalut IMG_8051mur-ilesdusalut case-ilesdusalut cellules-ilesdusalut11994244_10207254033526224_816782350_n
On peut vraiment dire que l’Enfer est venu au Paradis.L’histoire de France a hélas des passages peu glorieux, celui-ci en fait partie et il me semble que cette visite vaut le détour.


Côté pratique

En mettant de côté la partie historique, nous avons passé une excellente journée ! Le trajet en catamaran était super. Plusieurs compagnies proposent cette excursion, nous sommes partis avec La Hulotte. Aucune considération de prix ou de prestations n’est entrée en compte, nous avons réservé la veille et c’est la seule qui avait des places. De toute façon, il semble qu’elles se valent toutes, à vous de voir celle qui vous convient le mieux ! Je vous conseille cependant de réserver à l’avance si vous avez un jour précis car les places partent vite en saison touristique. De plus, comme les fusées passent au dessus, les îles sont fermées les jours de lancers.

catamaran-guyane

guyane-catamaran

Pour information, la journée coûte 48 euros, avec un départ de Kourou à 7h45 et un retour au même endroit vers 17h30. La traversée dure environ 1h. Il y a une bonne ambiance, de la musique, on peut se baigner et des boissons sont offertes sur le catamaran. Le repas de midi est à votre charge mais il y a un restaurant sur l’Ile Royale, très bon, avec une superbe vue sur l’Ile du Diable (encore une fois, on met le côté historique de côté pour apprécier le déjeuner).
Il est possible de passer la nuit sur l’Ile Royale et de ne repartir que le lendemain.

Un ferry fait également le trajet mais seulement sur l’Ile Royale et il n’y a qu’un A/R par jour. A moins que vous ayez un mal de mer terrible, je vous conseille de prendre le catamaran.
Bien plus sympa !

ilesdusalut-guyane

ilesdusalut

Guyane-iles

Nous avons même vu des petits singes sur l’Ile Royale, on avait acheté des cacahuètes à leur donner. Attention à ne pas trop s’approcher s’ils se montrent agressifs (notamment les papas singes) et bien tenir ses lunettes/portables/objets car ils les volent !

ilesdusalut-singe

singe-ilesdusalut

plage-ilesdusalut

ilesdusalut-vue

 

Voici les excursions que j’ai eu la chance d’effectuer durant mon mois en Guyane. Bien sûr, il y en a plein d’autres telles que les Marais de Kaw, l’Ilet la Mere ou encore un WE en carbet que je n’ai malheureusement pas eu le temps de faire.
J’espère que cet article vous aura plu et vous donnera envie de visiter cette partie de la France. Pour ma part, en plus d’avoir beaucoup aimé mon stage, j’ai passé un excellent séjour en Guyane chez ma marraine et j’ai rencontré des personnes que j’ai beaucoup appréciées aussi bien durant mon stage qu’en dehors.
Je compte bien y retourner d’ici quelques années, qui sait 🙂

12020049_10207301610639406_446470572591465066_n

12 Comments

  • visiterlaguyane 31 juillet 2016 at 22 h 46 min

    Superbe compte rendu qui donne vraiment envie de s’y rendre, de goûter et d’explorer ! Bravo et merci pour le temps pris à écrire pour partager et inciter. VLG

    Reply
    • SooFarSoGood 1 août 2016 at 1 h 25 min

      Et merci à vous de l’avoir partagé 🙂

      Reply
  • Christella 1 août 2016 at 9 h 38 min

    Je suis Guyanaise, actuellement à Marseille pour les études, et merci pour ces descriptions positives des lieux que tu as visité! !
    J’ai tous relu 2 fois et ça m’as rendu nostalgique ! Hâte d’y retourner une fois mon diplôme en poche .
    Bonne continuation !!

    Reply
    • SooFarSoGood 1 août 2016 at 10 h 09 min

      Merci beaucoup, ça me fait très plaisir 🙂

      Reply
  • Mike 1 août 2016 at 9 h 52 min

    Merci ! informer c’est surprendre et vous y réussissez : la Guyane, voilà un pays méconnu que vous donnez envie de découvrir sur place. Des terres et îles riches d’histoire ; faune unique au monde ; cuisine et boissons qui séduisent ; superbes photos. De plus un reportage original et très bien écrit.

    Reply
    • SooFarSoGood 1 août 2016 at 10 h 10 min

      Merci 🙂 La Guyane est malheureusement victime de nombreux clichés, ravie si j’ai pu montrer que c’est une belle région !

      Reply
  • Rose 4 août 2016 at 14 h 24 min

    Merci, j’ai adoré cet article ! Il m’a rappelé à quel point la Guyane est belle et la chance que j’ai d’y vivre malgré tout. 😀

    Reply
    • SooFarSoGood 4 août 2016 at 14 h 25 min

      Merci beaucoup, ça me fait très plaisir 🙂

      Reply
  • gantner boris 5 août 2016 at 0 h 46 min

    Une description positive et parfaitement réaliste. Thanks!

    Reply
    • SooFarSoGood 5 août 2016 at 8 h 44 min

      Thanks to you 😀

      Reply
  • Marie 24 novembre 2016 at 10 h 45 min

    Merci pour ce bel article! Avec une amie nous partons également effectuer un stage (de 3mois) là-bas. Tes photos et tes textes font vraiment rêver. Ca a l’air super, je note tous tes conseils. Merci encore

    Reply
    • SooFarSoGood 19 juillet 2017 at 8 h 30 min

      Désolée pour la réponse (très) tardive, je n’avais pas vu le commentaire ! Merci beaucoup pour ce commentaire, j’espère que la Guyane vous a plu 🙂

      Reply

Leave a Comment